Mue de l’étang communal en zone inondable (article du journal DNA du 28/05/2017) - Blog Mooslargue
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog Mooslargue

Mue de l’étang communal en zone inondable (article du journal DNA du 28/05/2017)

31 Mai 2017, 07:35am

Publié par Robin Burglin

À l’occasion de la Fête de la Nature, la municipalité de Seppois-le-Haut a invité le public à découvrir les travaux à l’étang communal, un projet-pilote pour étendre la zone d’épandage des crues.

C’est Hugo Lienert, riviériste au syndicat mixte pour l’aménagement et la renaturation du bassin-versant de la Largue et du pays de Montreux (SMARL) qui a donné le coup d’envoi de cette manifestation dimanche dernier en expliquant la nécessité de préserver des zones inondables, véritables « poumons de la rivière » lors de crues telles que le Sundgau en a connu en 2007.

« Épandage et ralentissement des crues, recharge des nappes souterraines, soutien des débits estivaux et limitation des érosions » sont autant de raisons de préserver ces milieux. À la création du SMARL, en 1998, le Plan de Prévention des Risques d’Inondation (PPRI) a recensé 1 400 ha entre Seppois-le-Haut et Illfurth », poursuit-il, imposant de fait « le maintien en herbe, l’absence de stockage, de remblai et de construction » sur ces zones.

« Pour protéger Mulhouse des crues, c’est par chez nous que cela passe »

« C’est le principe de solidarité amont-aval qui prévaut pour que les voisins puissent garder la tête hors de l’eau. Pour protéger Mulhouse des crues, c’est par chez nous que cela passe », explique-t-il à la vingtaine de personnes présentes.

Dans ces espaces, le rôle des ripisylves (la végétation bordant les milieux aquatiques), « véritables autoroutes à bestioles », est lui aussi essentiel : maintien des berges par les racines, limitation du réchauffement des eaux en été, amélioration de la qualité de l’eau par autoépuration et filtration des polluants ruisselants ».

De la place pour les eaux du Grumbach

Et, c’est dans cette logique, que la municipalité de Seppois-le-Haut a décidé de transformer l’étang communal en nouvelle zone inondable, permettant au Grumbach, affluent de la Largue avec le Dorfbach, de trouver un nouveau lit en cas de grosse crue.

C’est un projet ancien que le dérasement de l’étang, dont la location rapportait la somme de 1 000 euros annuellement à la commune. « Les oreilles du maire ont sifflé, mais ce n’est pas grave, je suis sourd », lança avec humour Fabien Ulmann, porteur du projet.

« C’est une vraie décision politique car il y avait un frein sociétal. Un étang est un élément du patrimoine, on y a pêché la première fois ou on a appris à nager », explique le riviériste Hugo Lienert.

Mise en accessibilité d’un sentier pédagogique en juin

Pour améliorer l’acceptation du projet, un volet pédagogique a été proposé aux enseignants du RPI afin de sensibiliser les enfants. Acteurs de demain, la finalité de leurs activités sera inaugurée en juin prochain par la mise en accessibilité d’un sentier pédagogique élaboré avec l’aide d’intervenants, comme l’entomologiste Michel Klein ou des animateurs de la Maison de la Nature et leurs enseignants.

Balade le long des étapes du chantier

C’est au cours de la balade, qui a suivi la conférence, que le public a pu suivre les étapes du chantier expliquées par la municipalité et le riviériste : « les aulnes, malades, bordant l’affluent ont été coupés et seront remplacés par des espèces buissonnantes. L’étang, datant de 1973, qui par ses remblais, bloquait l’inondation, a donc été arasé au niveau de la berge du Grumbach, après son vidage. Les digues de l’étang supprimées, ce sont 55 ares inondables qui ont été créés soit 5 500 000 litres d’eau stockés pendant les crues ».

« Ce projet ne change pas la face du monde, mais au bout d’un moment de telles initiatives ont un impact cumulé important », explique le riviériste, « car le pic de crue sera atténué ».

« Provoquer une émulation »

Fabien Ulmann souhaite « qu’on ne reste pas un cas unique, mais qu’on provoque une émulation. Il faut savoir peser les choses, expliquer les intérêts écologiques mais aussi sociaux ».

Effectivement, il revient bien plus cher d’intervenir auprès des particuliers inondés que de limiter les ravages des crues en permettant à l’eau de s’infiltrer dans les sols.

Après cette promenade découverte, les participants ont pu partager un repas à la chapelle Sainte-Croix et découvrir l’exposition photographique de Jean-Claude Villemain et les textes de Françoise Sagon, sur le thème des fleurs.

En chiffres: 38 000 €

C’est le coût du projet : dans le détail, 16 500 euros pour le terrassement, 8 500 euros pour le bûcheronnage, subventionnés à 80 % par l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse et 13 000 euros pour le volet pédagogique, subventionnés à 60 % par la même Agence de l’eau.

Source: journal DNA du 28/05/2017 - NATHALIE THOMAS

Le groupe a été attentif aux explications du riviériste Hugo Lienert. PHOTOs DNA

Le groupe a été attentif aux explications du riviériste Hugo Lienert. PHOTOs DNA

Les écoliers Arthur et Clara Klein, Chloé Uberschlag, aux côtés de l’entomologiste Michel Klein, ont participé au volet pédagogique de l’opération, avec à la clef la création d’un sentier. PHOTO DNA

Les écoliers Arthur et Clara Klein, Chloé Uberschlag, aux côtés de l’entomologiste Michel Klein, ont participé au volet pédagogique de l’opération, avec à la clef la création d’un sentier. PHOTO DNA

La carrière communale sur laquelle la terre remblayée a été déposée. PHOTO DNA

La carrière communale sur laquelle la terre remblayée a été déposée. PHOTO DNA

Grâce à la disparition des berges de l’étang communal à côté du Grumbach, la zone humide est étendue de 55 ares aux abords du triangle des Bermudes local- Largue, Grumbach et Dorfbach. PHOTO DNA

Grâce à la disparition des berges de l’étang communal à côté du Grumbach, la zone humide est étendue de 55 ares aux abords du triangle des Bermudes local- Largue, Grumbach et Dorfbach. PHOTO DNA

Commenter cet article