Des panneaux à côté de la plaque ? (article du journal L'Alsace du 08/01/2017) - Blog Mooslargue
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog Mooslargue

Des panneaux à côté de la plaque ? (article du journal L'Alsace du 08/01/2017)

8 Janvier 2017, 11:10am

Publié par Robin Burglin

« L’information donnée par les cartouches “Route non déneigée, non salée” n’est plus juste suite aux récentes décisions politiques qui ont été prises , indique Christophe Odermatt. Aujourd’hui, on nous dit que l’ensemble du réseau routier sera salé si nécessaire, en cas de verglas. Si l’on suit la logique jusqu’au bout, cela veut dire que sur les routes enneigées, en cas de verglas, les chasse-neige départementaux passeront avec la lame levée et ne feront tourner que la saleuse. Et quand les agents devront aller traiter des routes signalées comme non déneigées, non salées, sur lesquelles les automobilistes auront circulé et où la neige tassée sera devenue un tapis de glace, il faudra mettre des quantités vertigineuses de sel pour le faire fondre… »

D’après le représentant syndical, la deuxième série de panneaux (chaînes à neige obligatoires et « Pneus neige admis ») n’a pas été mise en place de manière réglementaire. « La hauteur des panneaux au-dessus du sol est fixée, en rase campagne, à 1 m sous le dernier panneau (arrêté du 6 décembre 2011). Or ça n’est pas le cas. Cela démontre la précipitation avec laquelle les choses ont été faites. Le département a ajouté ces deux panneaux aux deux premiers pour se couvrir. »

Et ce n’est pas tout. « Au départ, le département conseillait aux usagers d’équiper leur véhicule d’équipements spéciaux. Les deux derniers panneaux installés sont contradictoires. L’un induit une obligation (panneau rond à fond bleu), mais aucune mesure de police n’a été prise par l’autorité territoriale pour faire appliquer cette obligation. Elle ne peut donc pas verbaliser et ces panneaux sont nuls administrativement et juridiquement. L’autre panneau dit que les pneus neige sont admis. Finalement, quel est le message ? » , conclut Christophe Odermatt.

Autres questions:dans cette cacophonie signalétique,quid de la responsabilité en cas d’accident? Contre qui l’assurance de l’automobiliste pourra-t-elle se retourner?

Source: journal L'Alsace du 08/01/2017

Commenter cet article