Bisel Oui à la fusion, mais avec qui ? (article du journal L'Alsace du 04/03/2016) - Blog Mooslargue
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog Mooslargue

Bisel Oui à la fusion, mais avec qui ? (article du journal L'Alsace du 04/03/2016)

12 Mars 2016, 17:20pm

Publié par Robin Burglin

Bisel Oui à la fusion, mais avec qui ?

Maire fraîchement élu, Joseph Berbett souhaite faire bouger les lignes et a fait un appel du pied à ses voisins lors de ses vœux de Nouvel An, même si actuellement il se concentre sur la pérennisation des classes de son école de Bisel.
« Pour nous les petits villages, nous allons subir une forte baisse des dotations et ce n’est pas fini. En revanche, s’il y a création d’une commune nouvelle et fusion, l’État nous versera des aides financières qui ne sont pas négligeables. On en discutera au prochain conseil municipal. Mais la question se pose : se marier avec qui ? Nous allons en discuter avec les communes voisines et faire une réunion publique avec nos habitants, ce qui est dans nos habitudes ». Ainsi s’exprimait Joseph Berbett, le maire de Bisel, lors de ses vœux de Nouvel An.

Depuis, qu’en est-il ?

Le maire confirme que lors de son conseil municipal du 18 janvier dernier, la question de la fusion était bien à l’ordre du jour. « J’ai même invité Christian Lerdung, maire de la nouvelle commune d’Illtal qui regroupe depuis peu Oberdorf – Grentzingen et Henflingen, à venir s’exprimer et à nous donner toutes les explications souhaitées ».
Joseph Berbett avoue que la fusion est passée au second plan de ses préoccupations, son souci principal étant de maintenir l’ouverture des classes de Bisel, car depuis quelques années, le problème est crucial à chaque rentrée et les actions entreprises avec les parents d’élèves et la municipalité précédente ne se comptent plus. Du côté de Mooslargue où lorgnait Joseph Berbett, le maire Pascal Sommerhalter confirme l’idée : « Dans une récente délibération nous avons décidé d’entamer des discussions avec les communes voisines avec qui nous avons des affinités. Nous ne souhaitons pas nous précipiter mais être prêts si la pression s’accentue. Personnellement je pense que s’il fallait fusionner, il vaut mieux le faire entre communes de taille équivalente. Actuellement Mooslargue a déjà mis en place un RPI (Regroupement pédagogique intercommunal) avec Seppois-le-Haut. Il fonctionne à la satisfaction générale, les enfants de la maternelle étant scolarisés à Mooslargue et ceux des deux classes du primaire à Seppois-le-Haut, le tout sous la direction de Sandrine Lourenço ».
Du côté de Seppois-le-Haut, également en discussion avec Seppois-le-Bas (voir notre édition du samedi 27 février), le maire Fabien Ulmann ne ferme pas la porte à Bisel et Mooslargue et des réunions entre maires ont lieu pour évoquer le sujet : « Mais pour le moment rien ne presse. D’un autre côté et sans parti pris nous sommes à la recherche de la meilleure solution pour nos communes et nos habitants ».
Joseph Berbett est aussi très remonté contre la façon dont s’est effectué le rassemblement des com com du Sundgau. « Je suis personnellement pour cette réunification en une seule com com mais ce que je déplore fortement c’est le manque de concertation et de communication de nos grands élus sur le sujet », a-t-il souligné.
« À la dernière conférence des maires du Pays du Sundgau, certains ont même parlé de manipulation et de détournement de démocratie. Avant de prendre cette grande décision, on aurait dû faire une réunion avec tous les maires. Aujourd’hui nous sommes dans le flou total et l’échéance de 2017 approche à grands pas ».

Source: journal L'Alsace du 04/03/2016

Commenter cet article