Un accroc dans les écharpes (article DNA) - Blog Mooslargue
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog Mooslargue

Un accroc dans les écharpes (article DNA)

1 Avril 2014, 09:00am

Publié par Robin Burglin

Article publié ce jour dans les DNA.

Si vous voulez plus de précisions sur les éléments mentionnés dans cet article, c'est ici.

MOOSLARGUE Un accroc dans les écharpes

Voilà une commune où l’on ne s’attendait pas à voir surgir de problème. Et pourtant, il y a eu un sévère accroc dans les écharpes dès celles-ci nouées à Mooslargue, vendredi soir. Sur le papier pourtant, tout semblait vouloir se dérouler dans la sérénité avec une entente communale seule en lice que n’ont pas bousculée les trois candidats qui se présentaient en individuel.

Résultat, il ne restait plus qu’à élire le maire et ses adjoints lors du conseil d’installation. « Plus qu’à... », c’est étrangement à ce moment souvent que ça dérape, et aux dires de spectateurs venus assister à ce qui devait se dérouler comme « une lettre à la Poste » selon le désormais ancien maire Jean-Paul Bucher, l’ambiance a été pesante et « malsaine ». Car lorsqu’il s’est agi de désigner le maire, deux candidats ont postulé, à savoir Mathieu Lavarenne et Pascal Sommerhalter. Rien d’étonnant dans la mesure où les deux meneurs de la liste avaient semble-t-il décidé de se répartir les rôles, sur le principe de celui qui ne serait pas maire serait son premier adjoint. Du moins est-ce ce que disait l’un tandis que l’autre, notamment aux vœux du maire de Seppois-le-Bas, ne laissait absolument pas entendre une version différente.

Or donc, Mathieu Lavarenne postula, proposant de fait une liste de trois adjoints dont le premier serait dans la logique avancée Pascal Sommerhalter. Ce dernier candidata à son tour, sans plus de précision mais en recueillant une majorité de 7 voix contre quatre à un Mathieu Lavarenne qui pensait dès lors se voir nommer 1er adjoint par le nouveau maire. Cela ne se fit pas : Pascal Sommerhalter évoquait ainsi trois autres adjoints, expliquant que la différence des voix lors du scrutin de dimanche entre lui-même (141 voix) et le mieux élu (Tho- mas Dangel avec 171 voix) résultait d’une désaffection du « groupe folklorique » local bien connu. Pire, ces Mattagumber dont Mathieu Lavarenne est un pilier, l’auraient rayé “en bloc”, faisant de Pascal Sommerhalter le moins bien élu de l’entente au profit d’un candidat indépendant, « trahison » sur laquelle il déclarait par conséquent ne pouvoir passer même s’il dispose pourtant d’une cinquantaine de voix d’avance.

« C’est désolant »

« C’est désolant, ce n’est pas possible de commencer ça, d’être à peine élu et de descendre un concurrent qui a été battu », confiait hier Jean-Paul Bucher sidéré. « Même s’il le pensait, il n’avait pas à le dire, c’est un vote à bulletin secret et c’est la démocratie ! Il a été choisi, pourquoi se plaindre ? Au plus, Pascal aurait pu regretter de n’avoir pas fait le plein de voix dimanche, mais pas d’être cassant et s’en pren- dre à la troupe... et puis ce n’est pas logique puisque Carole Déveille par exemple, qui est aussi une des clefs de voûte des Mattagumber, n’a obtenu que de deux voix de plus que lui, quinze pour Mathieu. Ça ne colle pas », observe Jean-Paul Bucher. En constatant de surcroît que le jeune maire avait ensuite proposé Catherine Peter au poste de 1re adjointe, alors qu’elle est aussi membre des Mattagumber...

Le poste justement ? Il a finalement été attribué, contre l’avis du premier magistrat, à Mathieu Lavarenne par sept voix contre quatre. « Heureusement, les conseillers ont réagi », souffle l’ancien maire consterné de voir que l’entente se fissure déjà. Quant à Jeannot Mosser et Jean-Pierre Vetter, ils ont été confortés en 2e et 3e adjoints, comme le suggérait Pascal Sommerhalter. Avec une nuance dans la mesure où Jeannot Mosser a obtenu onze voix sur onze, mais Jean-Pierre Vetter n’en a eu que six, contre quatre à un Jean-Louis Bucher qui a décidé de postuler après le propos du nouveau maire. Si Mathieu Lavarenne s’avoue « déçu » par le déroulement de l’installation et les « mots durs et indignes » qu’il dit avoir entendus, Pascal Sommerhalter n’a « pas de commentaire à faire » sur ce qui relève selon lui d’une « agitation des Mattagumber ». « J’ai dit ce que j’avais à dire vendredi et ne tiens pas à entrer dans une polémique. »

Mooslargue aime les spectacles, mais là, pas sûr que ce registre lui réussisse...

NICOLAS LEHR

Un accroc dans les écharpes (article DNA)

Commenter cet article

Liliane 01/04/2014 15:05

Il est clair que Mr sommerhalter a manqué de sagesse et de maitrise mais à sa décharge les partis pris ( car c'est de cela qu'il s'agit) ont toujours existés à Mooslargue........et ailleurs..... Je m'interroge: un conseil municipal divisé peut-il subsister?? Dernière remarque: peut-on s'interroger sur le sobriquet de Mooslargue? Il pourrait y avoir des réponses........