Article paru dans le journal DNA (élections municipales Mooslargue 2014) - Blog Mooslargue
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog Mooslargue

Article paru dans le journal DNA (élections municipales Mooslargue 2014)

17 Mars 2014, 16:00pm

Publié par Robin Burglin

Note: j'ai mis en gras le paragraphe concernant Mooslargue. C'est là que votre vote peut faire la différence!

Vallée de la Largue Elections municipales

Equations à peu d’inconnus. Mais…

N.L. La nouvelle arithmétique imposée par les prochaines élections municipales ne va pas, d’évidence, bouleverser la donne dans la vallée de la Largue où la majorité des communes ne voit qu’une seule liste sur les rangs. Mais l’affaire devrait se pimenter un peu dans l’après, c’est-à-dire au niveau intercommunal dont le siège de président sera à prendre…

Ce n’est pas que l’on s’y ennuie, mais force est de constater que ce n’est pas une révolution qui s’annonce dans la plupart des communes de la vallée de la Largue.

Comme à l’aval, c’est-à-dire à Altenach et Manspach qui dépendent de la com.com Porte d’Alsace, les communes du bas de la vallée sont en effet elles aussi assurées d’une relative sérénité villageoise puisqu’une seule liste est en lice à Saint-Ulrich, Mertzen, Fulleren, Strueth et Hindlingen. Idem vers l’amont, où Pfetterhouse est certaine de ne subir aucun suspense quant aux quinze noms qui ressortiront des urnes et notamment celui du maire, Jean-Rodolphe Frisch.

Une liste la plupart du temps

Néanmoins, si les listes sont conduites par les maires sortants à Saint-Ulrich (Jean-Paul Murer), Strueth (Jean-Jacques Mathieu) et Hindlingen (Paul Sahm), de nouveaux maires feront forcément leur apparition dans les deux villages voisins de Fulleren et Mertzen puisque les deux premiers magistrats en place tournent la page. Il s’agit bien entendu de Gérard Hislen à Fulleren et Charles Schwartzentruber à Mertzen. Un peu bon gré, mal gré, pour ce dernier puisque Charles Schwartzentruber, à la suite d’un traquenard organisé sur tout le territoire par des activistes anti Front national, avait pour mémoire été condamné par la justice en décembre dernier pour corruption passive.

Bref, à voir qui lui succédera, de même donc qu’à Fulleren. L’emblématique Antoine Waechter, conseiller régional, ancien député européen écologiste et surtout ancien candidat des Verts à l’élection présidentielle de 1988, sera-t-il intronisé ?

Plus haut, à Mooslargue, un nouveau maire émergera forcément aussi puisque Jean-Paul Bucher a décidé de raccrocher après deux mandats pour laisser la place aux jeunes… la question n’était encore récemment pas tranchée, mais le poste de premier magistrat devrait se jouer entre Pascal Sommerhalter et Mathieu Lavarenne, l’idée étant que celui qui ne sera pas maire sera alors son premier adjoint. Précisons néanmoins que trois candidats se présentent individuellement en plus des onze de la liste Sommerhalter-Lavarenne.

L’on ne peut dès lors parler du « ventre mou » de la Largue puisque c’est donc en son beau milieu que les choses s’agitent un peu. Nouvelle venue dans la com.com de la Largue, Ueberstrass ne prête pas toutefois le flanc aux élucubrations puisque une seule liste est en piste et un candidat individuel, ce qui laisse les coudées franches à l’équipe du maire sortant Bernard Ley qui devrait signer pour un sixième bail.

La chose se corse un peu à Friesen où deux listes sont également en piste, étant précisé cependant que face aux quinze conduits par le maire sortant Claude Geiger, la liste alternative n’aligne que neuf candidats menés par Evelyne Richard. Pas forcément de quoi faire basculer l’élection donc.

Restent les deux Seppois où se concentrent, et c’est assez logique, les plus grandes interrogations. A Seppois-le-Haut, la liste d’opposition élue en 2008 et qui comprend notamment le maire sortant Patrick Mercier, doit à son tour faire face à une équipe, conduite par Dominique Kuttler, désireuse de prendre les manettes… et un peu sa revanche puisque l’épouse de l’ancien maire Maxime Koeberlé, Jacqueline, y figure (DNA de dimanche). Quant au bourg-centre, deux listes se disputent les quinze sièges à pourvoir : l’une conduite par le conseiller sortant Claude Burgy qui s’inscrit dans la continuité ; l’autre par Stéphane Poncet qui veut faire souffler un vent de renouveau.

Intercommunalité: à vos paris!

Et c’est naturellement sur la com.com que ça va souffler le plus puisqu’en laissant la mairie de Seppois-le-Bas, Francis Demuth quitte également le siège de président !

Alors ? Les conjectures vont bon train. Pour d’aucuns, l’élection de Paul Sahm, fidèle de Francis Demuth et premier vice-président de la Largue, tombe sous le sens. Mais d’autres font alors observer que le bas de la vallée pourrait légitimement réclamer cette présidence histoire de rééquilibrer un peu le jeu. Même supposition en amont, où celui qui prit un temps son indépendance avant de revenir sereinement à la table intercommunale, Jean-Rodolphe Frisch donc, pourrait être tenté de tenir les rênes.

Quant au maire d’Ueberstrass, Bernard Ley, il pourra soumettre sa candidature en arguant de son expérience de président de feue la com.-com du canton de Hirsingue. « Feue », justement répondront plusieurs de ses partenaires qui rappelleront sans aucun doute que Ueberstrass et la com.-com de la Largue n’ont en outre jamais entretenu les meilleures relations du monde…

Et s’il s’en trouvent qui imaginent un ticket Frisch/Ley, il en est d’autres qui regardent vers Claude Geiger, y voyant un candidat consensuel assurant qui plus est géographiquement la jonction entre le haut et le bas de la vallée. Il se dit que le Friesenois n’est pas terrifié par cette idée…

Cela dit et ce ne serait pas incongru, les nouveaux maires à venir peuvent également faire état de leurs doléances en la matière, et notamment celui qui surgira à Seppois-le-Bas. Car, pourra-t-il argumenter, le siège de la com.com s’y trouve et le bourg centre a naturellement vocation à garder la présidence.

C’est certain, c’est bien au niveau intercommunal que les élections larguoises vont être les plus savoureuses.

Par Nicolas Lehr, publiée le 14/03/2014 à 05:00

Commenter cet article